Gordes dans le Lubéron

Partez à la découverte du Lubéron

Le Lubéron (ne prononcez pas Lubéron) est une chaîne de montagne calcaire provençale culminant à 1 125 m avec le Mourre Nègre. Elle s’étire doucement sur 60 km entre Alpes et Méditerranée, de Manosque à Pertuis. La diversité des paysages, les carrières d’ocre, les champs d’arbres fruitiers à perte de vue, les collines verdoyantes et les petits villages de pierres, perchés sur des éperons rocheux en font une destination riche en émotions naturalistes comme culturelles, sa lumière exceptionnelle est une source d’inspiration permanente pour les artistes. Le territoire du Parc national régional est classé depuis 1 997 en réserve de biosphère par l’Unesco, attestant d’une reconnaissance mondiale de la qualité de son espace comme de la gestion harmonieuse de son développement.

Sur les chemins des ocres

La légende dit qu’Adam (dont le nom signifie terre rouge) a vu le jour sur cette terre, expliquant peut-être la magie des 1 000 couleurs du Colorado provençal. D’où vient ce piment qui se mêle au sable des falaises ? Il y a 230 millions d’années, la mer recouvre la Provence, divers sédiments se déposent. Un bouleversement mettra la Provence au sec mais le climat tropical avec une forte pluviométrie qui lessivera le sol et transformera les sables. L’hydroxyde de fer formera une cuirasse ferrugineuse en surface. La palette des nuances du jaune à l’orange en passant par les bruns, les rouges s’explique en partie par la Goethite mais l’alchimie de la nature garde encore ses secrets. Le Vaucluse possède les gisements les plus importants du monde entier. Au XIX ème s Jean-Etienne Astier s’aperçoit que cette terre colorée est une peinture inaltérable et une vraie teinte. L’exploitation de cette manne s’effectuera longtemps de façon artisanale et s’exportera aux 4 coins de la planète. Mais elle sera concurrencée au XXème siècle par la production de colorants chimiques. (L’homme deviendra l’ouvrier de la nature et participera au façonnage du paysage). Aujourd’hui, ce colorant incomparable constitue une ressource économique et continue à ensoleiller les façades. 2 sites se visitent : Rustrel et Roussillon. Chacune des balades emmène le visiteur au pays de la couleur qui se révèle au détour d’une végétation multiple : chênes, bruyères, pins, châtaigniers, buis font chanter le décor. L’émerveillement et le dépaysement sont au rendez-vous : munissez-vous de bonnes chaussures, d’eau, de vêtements faciles à laver ; quant aux enfants, c’est un atelier de maquillage à ciel ouvert !

Les Bories : l’architecture brute

L’homme a toujours fait preuve d’inventivité en particulier dans un environnement hostile. Les Bories (ou boris) illustrent cette faculté avec la construction de ces maisons de pierre qui n’utilise ni poutre de bois, ni mortier. À quelques encablures de Gordes, un village entièrement restauré explique et montre cette technique de construction originale puisant ses racines dans le néolithique. Elle existe dans toute l’Europe : Irlande, Écosse, Corse, Sardaigne. Les « cabanes gauloises » utilisées jusqu’à la fin du XIX ème siècle souligne l’inventivité humaine : l’habitat est constitué de pierres sèches, trouvées sur place, inclinées sur l’extérieur pour le ruissellement des pluies, assemblées dans une harmonieuse répartition des masses (sans poutre ni mortier). C’est le plus important ensemble préservé en France avec ses ruelles, les enclos pour les animaux domestiques, le verger d’oliviers remis en culture… Le visiteur appréciera le charme de cette architecture spontanée utilisant des matériaux pauvres et des moyens simples. Un musée présente des documents d’archives, des objets usuels traditionnels et complète cette immersion dans notre passé.

L’Abbaye Notre Dame de Sénanque

À l’abri des folies du monde, cachée au fond du vallon de Sénanque, l’Abbaye est un lieu de vie monastique, de prière, de recueillement depuis plus de 850 ans, régit par la règle de Saint Benoît. Les bâtiments sont un témoignage de l’architecture cistercienne primitive. La pierre de calcaire tendre de la vallée valorise la pureté des lignes. Ici, le bâti accompagne le cheminement vers Dieu. Le lieu conduit au calme, à la paix, il se respecte. Tout l’édifice du XII ème se visite : église abbatiale, cloître, dortoir, salle du chapitre, chauffoir et permet de mieux appréhender le choix de ces hommes de répondre à l’appel de Dieu.

La cédraie de Bonnieux

Le Luberon abrite entre 1200 et 1500 espèces de végétaux supérieurs, cette richesse prouve la qualité de l’environnement. La cédraie fait partie du Parc Naturel Régional. Un sentier de découverte balisé vous emmène au cœur du massif de 250 hectares. De forme irrégulière, avec des couleurs variées, odorant, dense, le cèdre, arbre mythique, compose un paysage d’une grande beauté. Son feuillage abrite un sous-bois frais que les champignons affectionnent. Il présente des atouts majeurs en matière de reboisement des espaces méditerranéens puisqu’il est le moins inflammable et le moins combustible. La balade est charmante, sur terrain plat, avec des espaces pique-nique, des panneaux explicatifs : une belle bouffée d’air pur.

Les villages typiques

Le Lubéron s’enorgueillit de 4 cités classées « plus beaux villages de France ». Qu’ils soient en pierres sèches ou teintés d’une des 1 000 nuances de l’ocre, perchés défiant le vide, ou au coeur des vergers, tous entretiennent le légendaire « art de vivre méridionale ».

Gordes, Loumarin, Ansouis, Pertuis, Manosque, Forcalquier, Apt, Ménerbes… autant de villages au charme méditerranéen. À l’ombre des ruelles caladées, fouinez dans les boutiques qui embaument la lavande, dégustez la cuisine locale à l’ombre des platanes, flânez sur les marchés si bien chantés par Gilbert Bécaud, toujours aussi colorés, parfumés, dégustez l’huile d’olive, le vin qui sont les produits locaux emblématiques.

3 réflexions sur “Partez à la découverte du Lubéron”

  1. Ping : Avant les vacances : la check-list idéale | Evangeline Lilly

Répondre à Oustaouduluberon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *