Triple Alliance de Nick Cassavetes

Triple Alliance de Nick Cassavetes

Carly découvre que son nouveau petit ami Marc est un imposteur, lorsqu’elle rencontre accidentellement sa femme, Kate. Carly va se prendre d’affection pour elle, et leur improbable amitié va se renforcer encore un peu plus lorsqu’elles réalisent que Marc les trompe toutes les deux avec une autre femme, Amber. Les trois femmes vont joindre leurs forces et mettre au point un impitoyable complot pour se venger.

Ma critique du film

Depuis le succès public et critique de Mes Meilleures Amies en 2011, les comédies US girly trash se reproduisent à grande vitesse. Le nouveau film de Nick Cassavetes (fils de John et réalisateur du cultissime N’oublie jamais) est à ranger dans ce panier déjà bien garni. Pour rameuter les filles dans les cinémas du monde entier, Cassavetes s’est entouré d’un trio d’actrices plutôt bien choisies. Il y a celle qu’on ne présente plus, reine de la comédie américaine : Cameron Diaz. Vient ensuite Leslie Mann, femme de Judd Apatow et qui apparait dans quasi tous les films de son mari. Et pour finir, la toute fraîche Kate Upton, connue pour… pas grand-chose mais ses courbes devraient vous marquer.

Grande fan de Mes Meilleures Amies, je n’ai depuis jamais réussi à retrouver le même niveau dans la comédie américaine féminine. Triple Alliance représentait un nouvel espoir de me réconcilier avec le genre, d’autant plus que celui qui en prend pour son grade dans le film n’est autre que Nikolaj Coster-Waldau, l’irritant Jaime Lannister de Game of Thrones.

La meilleure volonté du monde ne suffit pas toujours… Si j’avais très envie de passer un bon moment devant Triple Alliance, la réalité fut toute autre.

Malgré les efforts du trio d’actrices pour nous embarquer dans leur histoire de vengeance et les multiples gags qui façonnent le récit, impossible d’être simplement divertie par le spectacle. Au-delà de la vulgarité d’un bon nombre de blagues (c’était déjà le cas dans Mes Meilleures Amies et ça marchait), l’humour ne fait jamais mouche. Si on ne peut pas réellement blâmer les actrices qui font ce qu’elles peuvent, on peut par contre plus facilement s’en prendre à Cassavetes qui aurait pu livrer un film plus abouti émotionnellement parlant. Triple Alliance ne parle-t-il pas finalement d’amitié ? Les relations entre les trois personnages semblent superficielles de bout en bout. Et que dire de l’utilisation abusive de la musique ?

Triple Alliance aurait pu (aurait dû ?) être un chouette moment à passer entre copines. Il s’avère malheureusement être une comédie poussive et interminable qui ne fera pas date dans l’histoire du cinéma et qui nous donne un peu plus envie de ressortir le DVD de Mes Meilleures Amies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *